Mes Méthodes personnelles

La pédagogie de Maria Montessori

« La contribution la plus positive à la paix sociale réside dans l'éducation de l'enfant. »    Maria Montessori - Médecin et pédagogue italienne


L'objectif de mon projet d’accueil en tant qu’assistante maternelle Montessori n'est pas que l'enfant sache "faire seul", mais qu'il puisse "agir seul", quand il le souhaite, avec plaisir, dans un environnement préparé, accompagné de ma présence sécurisante.


S'équiper

Le cadre de vie occupe une place privilégiée dans l'approche Montessori. Dans l'environnement adapté que j'offre aux tout-petits, ils peuvent faire leurs propres expériences et apprendre par eux-mêmes. Ils intègrent directement des connaissances du monde extérieur dont leur cerveau se nourrit. Pour que mon logement soit sécurisant, stimulant (mais pas trop) et leur offre une liberté de mouvement, il a fallut un peu l'aménager. Une maison sécurisée facilite l'exploration et me simplifie la vie. Elle permet de limiter les occasions de dire : "Non, ne touche pas" et allège la corvée du rangement. Elle évite aussi le recours systématique au parc, qui contraint l'enfant.

J'ai fait l'expérience de me mettre à la hauteur de votre enfant. Observer quel monde est le sien : une maison de géants, où rien n'est à sa portée. Au secours !

Faire cet exercice permet de mieux comprendre l'aménagement montessorien dans lequel tout est pensé pour lui être accessible, à lui (non à nous), et faciliter son éveil. Un environnement conçu à son échelle l'encourage à y vivre et y jouer. Il favorise ses mouvements et son autonomie.

"Il ne s'agit pas d'abandonner l'enfant à lui-même pour qu'il fasse ce qu'il voudra, mais de lui préparer un milieu où il puisse agir librement".

Maria Montessori

Les aménagements

La pédagogie Montessori favorise la liberté de mouvement et d'exploration. Plus l'enfant aura la possibilité de se déplacer librement et sans entraves, plus son envie de découvrir le monde grandira. En appliquant les mesures habituelles de sécurité, je réponds naturellement à ce besoin. Je sécurise les pièces de la maison où il évolue. Je les parcours à sa hauteur et je mets hors de sa portée tout ce qui pourrait le blesser. J'ai installé des cache-prises et des protections sur les angles de mes tables et meubles saillants ; Protégé l’accès des fenêtres et escaliers ; Placé les produits dangereux hors d'atteinte, sans oublier certaines plantes toxiques ; évité tout risque en écartant cordons de rideau, petits objets, sacs plastiques ; Et rangé tous les objets fragiles.

Je dispose donc d'un environnement parfaitement organisé pour encourager l'éveil, la confiance de votre enfant et une maison sécurisée qui répond à son besoin d'exploration. Dans ce large périmètre que j'ai délimité pour votre enfant, il est à l'abri et peut évoluer à son gré sous mon regard bienveillant.

Le Nido

Le Nido est un lieu où accueillir l’enfant n’ayant pas encore acquis la marche. Il est accueillant et complètement adapté aux jeunes bébés.

Tout comme la Communauté Enfantine, le Nido est un lieu d’épanouissement pour l’enfant qui peut évoluer à son rythme, pour progresser dans la découverte sensorielle et kinesthésique sous le regard attentif et bienveillant des adultes.

Il est préférable, après les bras de l’assistante maternelle bien sûr, de déposer le bébé au sol, sur un tapis d’éveil ou sur une couverture, à plat dos. Cela lui permet de s’exercer à divers mouvements nécessaires à son développement. C’est sa façon à lui de faire sa motricité. C’est pourquoi rien ne doit entraver son besoin de mouvement des jambes, des bras, de la tête et par la suite de se retourner seul sur le côté puis sur le ventre.

Le miroir

Le miroir revêt une importance toute particulière dans l'espace Montessori. Il accompagne l'enfant tout au long de son auto-construction jusqu'à la conscience de soi, ou  stade du miroir.

Dès les premières semaines, le miroir posé au sol et vissé le long du mur est une stimulation visuelle. Il agrandit son champ de vision, lui permet de mieux observer son environnement. Puis il éveille sa curiosité, l'incite à redresser sa tête, à faire des mouvements et à les coordonner. Jouer avec son reflet, même s'il ne sait pas encore que c'est le sien, participe à la construction de son identité.

A cet effet, j'ai installé un long miroir dans le coin bébé et un plus petit à la tête de la table à langer.

Le parcours de motricité

 

 

Pour que les enfants aient la possibilité de sauter, courir, grimper, monter, rouler et leur permettre de s’approprier leur corps en prenant confiance en eux et en leurs capacités, le parcours de motricité, ayant des plans inclinés ou des petites marches, est un bon moyen d’appréhender, de découvrir et d’apprendre à maîtriser son corps et ses limites corporelles.

L'espace repas

La table et les chaises pour les enfants sont basses, afin qu’ils puissent s’assoir seuls dans leur chaise et apprennent par eux-mêmes à rester à table, plutôt qu’attachés en hauteur et dépendants de l’adulte. Il est préférable que les enfants aient la même place autour de la table, comme pour les lits, car cela les rassurent. Très tôt, ils peuvent participer au service, en découpant des fruits avec un petit couteau à bout rond, en tartinant, en mélangeant, et plus tard en épluchant des légumes par exemple ou en versant de l’eau dans leur verre. Dès que les enfants sont capables de tenir une cuillère, il est important de les laisser manger seuls. Ils aiment utiliser tous leurs sens pour découvrir de nouveaux aliments et cela passe parfois par le toucher. Les enfants ont besoin de toucher les aliments pour découvrir leur texture. Il est important de les laisser découvrir de cette façon. De même, le temps que prendra un enfant pour manger n’est pas important, là aussi il faut respecter son rythme lent ou rapide… Un enfant sait naturellement ce qui est bon pour lui et ce dont son corps a besoin. S’il n’est pas parasité par des aliments trop sucrés comme les gâteaux ou les bonbons, il se tournera naturellement vers des aliments dont son corps a besoin. Le forcer ne fera que le bloquer face à un nouvel aliment.

Pourquoi PAS le lit montessorien ?

Le coucher montessorien s'appuie sur les besoins d'autonomie et d'observation de l'enfant dès les premiers temps de sa vie. Très éloigné de nos habitudes, il est sensé l'aider à gérer lui-même son endormissement et à trouver du plaisir à être dans son lit. Très concrètement, le lit à barreaux est remplacé par un matelas ou grand futon au sol, qu'on protège du mur par quelques coussins bien fermes, et qu'on entoure d'un tapis moelleux par précaution.

73% des insomnies chez les enfants de moins de 5 ans sont comportementales (mode de vie, conditions de coucher, absence de limites).

Mon statut d'assistante maternelle agréée pour 4 enfants de moins de six ans ne me permet pas d'expérimenter quatre lits montessoriens en même temps. Car au delà de mon désir de faire confiance à l'enfant en renonçant à mon désir de tout maitriser, c'est ma responsabilité pénale qui est engagée en cas d'accident pendant la sieste.

Les ateliers de vie pratique

La vie pratique est un ensemble de matériel permettant à l’enfant de devenir, petit à petit, maître de ses gestes et autonome dans sa vie quotidienne. Le matériel de vie pratique est donc très large. Les ateliers de vie pratique sont à proposer aux enfants dès l’âge de la Communauté Enfantine. Le matériel doit être adapté à l’âge et à la taille de l’enfant.

Dans les actes de la vie quotidienne, nous retrouvons les actes corporels permettant à l’enfant de se laver, de se coiffer, de se brosser les dents, de manger, de se coucher, s’habiller, se chausser… Tout le mobilier et le matériel permettant ces actes de la vie quotidienne doit être accessible à l’enfant. Soit en abaissant le rangement du matériel et des affaires de l’enfant, par exemple avec des étagères, tables, chaises, etc., basses ; soit en proposant des rehausseurs comme des marchepieds, pour atteindre le lavabo par exemple.

Sur ces étagères, leur sont proposés différents petits ateliers de vie pratique. Ils ont alors la possibilité d’améliorer leur dextérité de diverses manières : manipuler des petites boules en les transvasant à l’aide d’une pince ; visser des pièces en bois les unes dans les autres ; tourner une roue crantée entrainant un mécanisme d’autres roues crantées, ce qui leur apprend aussi les relations de cause à effet ; viser juste en tapant avec un marteau en bois pour enfoncer des petites têtes rigolotes ; enfiler de très grosses perles avec un lacet de chaussure ; s’exercer à manipuler des boutons pression, des sangles, une fermeture à glissière…

Ils ont aussi la possibilité, grâce à une boite compartimentée, d’apprendre à distinguer les couleurs en triant de petits objets et en les rangeant dans les cases de la couleur correspondante. Un exercice de discrimination des formes leur est également proposé avec des puzzles et des jeux d’encastrement.

Dans cette pièce, se trouve également une petite cuisine en bois avec dinette où ils peuvent « cuisiner » comme les adultes en s’exerçant à « couper » au couteau en plastique dur des fruits en bois pré-tronçonnés et reliés par du velcro. Une activité de véritable chef-cuisinier qui a l’appréciable avantage de ne pas angoisser les services de la P.M.I.

Le jeu mural en bois

 

Un jeu mural en bois, entièrement fabriqué à la main par mon époux bricoleur et moi-même, les invite à manipuler différents systèmes de fermeture, tel qu’un loquet, un verrou, une targette… derrière lesquels ils découvrent un orifice dans lequel ils peuvent introduire des pièces en bois de différentes formes. Une façon ludique de parfaire leur motricité fine, de stimuler leur curiosité et leur intelligence.

Le transvasement

Par manque de place, ce genre d’atelier permanent est placé à l’extérieur de la salle de jeu, toujours à hauteur de l’enfant et facilement accessible pour qu’il puisse s’adonner à cet exercice quand bon lui semble. Verser, renverser, remplir, vider, recommencer, transvaser… Avec des billes, des cailloux, des bouchons, des coquillettes, des lentilles, de la semoule… Mettre dans la boîte, dans le bac, dans la bouteille puis les retirer… L'enfant utilise d'abord sa main, puis des contenants et enfin des outils nécessitant de plus en plus de précision : louche, cuillère à soupe, petite cuillère…).

Je n’oublie pas de varier les formes (bassines, petits bols, seau de plage, verres à mesurer, bouteilles en plastique) ; Ou les styles : récipients à trous qui, selon leur taille, laisseront ou non passer les éléments à transvaser (passoire, entonnoir). Les jeux de transvasement empruntent beaucoup à la batterie de cuisine ! Enfin des couleurs, des textures, des formes et des tailles différentes permettent d'offrir d'autres vecteurs d'explorations sensorielles. L'enfant peut regarder par transparence, déformer un contenant, observer les différentes textures avec ses doigts, mais aussi avec sa bouche.

C’est d’ailleurs dans un souci de sécurité, surtout lorsque j’utilise de petits éléments, que je délimite une zone inaccessible aux bébés et un temps de jeu de transvasement. Je veille aussi à bien "nettoyer" la zone quand le jeu est terminé.

Pour les plus jeunes, quelques gros bouchons (4 ou 5) et deux bassines suffisent, des éléments pouvant rester à disposition en jeu libre. Actuellement, ce sont les plus grands qui investissent cet espace pour se l'approprier ce qui leur permet de développer leur motricité fine et globale, leur coordination des gestes et leur rapport du corps à l'espace.

Pour des raisons de praticité et d’hygiène, certains ateliers de transvasement comme le sable ou l’eau, sont disposés dans la véranda à laquelle les enfants ont également accès.

Pour l’atelier « aquatique », j’installe une bassine remplie d’eau et divers contenants et ustensiles, tels qu’un gobelet en plastique, un flacon en verre, une pipette et une seringue en plastique…

Les enfants adorent ces jeux de transvasement liés à l’eau. Ils sont non seulement pour eux une source de plaisir inépuisable, mais aussi une mine d’apprentissages.

Pour tous les jeux de transvasement en général, au départ, il y a la sensorialité et le plaisir de toucher et de découvrir diverses textures aux propriétés physiques différentes (balles, eau, sable, haricots secs etc.). Puis entrent en jeu la motricité fine (coordination, précision, utilisation d’un outil), mais aussi l’autonomie (on fait soi-même, on apprend à se servir et enfin la concentration comme tout ce qui demande effort et habileté. Ces jeux permettent aussi de développer la pensée logique (résolution d’un problème, relation de cause à effet, découverte des dimensions). Sans oublier la découverte et l’expérimentation des notions de dedans/dehors, petits et grands, contenant et contenu. C’est même une activité qui aide à renforcer l'estime de soi. En donnant à l’enfant la possibilité d’accomplir des tâches appropriées à ses capacités, on augmente son estime personnelle.

 

C’est également dans la véranda, pour les mêmes raisons et surtout parce qu’elle est très lumineuse, qu’ont lieu les activités de jardinage hivernales durant lesquelles nous plantons des graines de fleurs ou de céréales dans des petits pots ou des jardinières. Au fil des semaines, les enfants sont curieux et émerveillés de voir pousser leurs plantations. Leur rapport à la nature doit pouvoir être stimulé même s’ils n’ont pas la possibilité de sortir en cas de conditions météo extrêmes.

Le matériel précédemment mentionné, mis à la disposition de l’enfant est représentatif des réalités concrètes de son environnement. On l’appelle le matériel de vie pratique, il représente la nature ou des objets de la vie courante ; mais il peut également être représentatif des réalités abstraites de la vie, il s’agit de matériel pédagogique permettant la compréhension de la lecture, des mathématiques, etc. En voici un exemple :

L'atelier Lettres

La superficie de la salle de jeu ne permet pas d’y entreposer le grand tableau noir aimanté. C’est pourquoi je dispose cet atelier un peu plus loin mais toujours dans la zone d’accueil des enfants. C’est un exercice de reconnaissance des lettres de l’alphabet.

J’aimante horizontalement les lettres du prénom de l’enfant. Il a, à sa disposition, plusieurs autres lettres en vrac. Je l’invite alors à retrouver chaque lettre et à les placer sous les lettres correspondantes.

Ainsi, l’enfant se familiarise avec l’orthographe de son prénom qui sera utilisé dès son entrée à l’école maternelle.

Mon Projet Pédagogique

Ce métier, j’y ai été amené naturellement, comme un aboutissement évident. Mais le simple fait de « garder » des enfants en attendant patiemment le retour de leurs parents ne m’a jamais contenté. Dès le début de ma carrière d’assistante maternelle, j’ai passé et obtenu le C.A.P. Petite Enfance par le biais d’une V.A.E. (Validation des Acquis de l’Expérience). Il me semble que c’est le minimum pour exercer cette profession.

Ma soif d’en apprendre toujours plus sur la petite enfance m’a fait découvrir la pédagogie Montessori et je me suis aperçue que, non seulement elle correspondait exactement à ma conception personnelle de l’éducation mais qui plus est, je l’appliquais déjà sans le savoir. J’ai toujours eu « l’esprit Montessori », il ne me manquait que des idées d‘activités à proposer aux enfants.

Parallèlement, la formation continue que j’ai reçue, pour apprendre la langue des signes afin de communiquer avec bébé, m’apporte une corde supplémentaire à l’arc de mes compétences professionnelles.

J’ai dorénavant une vision plus claire de ce que je désire apporter aux enfants : une éducation prônant, dès les premières années de leur vie, le respect des tout-petits et leur autonomie, tout en leur permettant de développer leurs capacités innées dans leur potentiel maximum. Ce cocktail prometteur fera d’eux, j’en suis certaine, une génération d’adultes aux esprits éclairés qui influencera l’humanité de manière bénéfique.

 

Ainsi, je me plais à penser que, pendant mon court passage dans ce monde, j’aurai peut-être personnellement contribué à l’améliorer, ne serait-ce qu’un peu.

                                                                                                         

Voir aussi   

                                                                                                         

Voir également